Accueil Actu Smic 2023 : une hausse mécanique sans coup de pouce et un nombre record de salariés concernés

Smic 2023 : une hausse mécanique sans coup de pouce et un nombre record de salariés concernés

0
Smic 2023 : une hausse mécanique sans coup de pouce et un nombre record de salariés concernés

Une augmentation du Smic attendue au 1er janvier 2024

Comme chaque année, le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) bénéficie d’une hausse mécanique, en fonction de l’inflation et du pouvoir d’achat. Ainsi, à partir du 1er janvier 2024, on s’attend à ce que le Smic atteigne 1.406 euros par mois pour un temps plein, soit une augmentation de 23 euros.

Dans un rapport publié le 30 novembre 2023, un groupe d’experts recommande au gouvernement d’augmenter le Smic de 23 euros à partir du 1er janvier 2024 pour atteindre les 1.406 euros nets par mois contre 1.383 euros actuellement. Ils déconseillent également à l’exécutif d’aller au-delà via un coup de pouce sur le Smic.

Pas de coup de pouce préconisé par les experts

Sans grande surprise, le groupe d’experts sur le Smic n’a préconisé aucun coup de pouce pour la revalorisation du Smic au 1er janvier 2024. Le Smic a ainsi augmenté de 4,03 % sur l’année 2023.

Un nombre record de salariés payés au Smic

Au 1er janvier 2023, 17,3 % des salariés touchaient le salaire minimum, soit 3,1 millions de personnes, selon les données d’un groupe d’experts sur le Smic. Il n’y a jamais eu autant de Français payés au Smic depuis plusieurs décennies.

La majorité des smicards sont des femmes, alors qu’elles forment moins de la moitié de la population active. Les secteurs les plus représentés sont l’hébergement et la restauration.

  • 2017 : 10% des salariés payés au Smic
  • 2020 : 12% des salariés payés au Smic
  • 2023 : 17,3% des salariés payés au Smic

Comme le détaille ce graphique, la part de salariés payés au salaire minimum a fortement augmenté ces trois dernières années, passant de 12 % en 2020 à 17,3 % en 2023.

Les raisons de cette augmentation

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette hausse du nombre de salariés payés au Smic :

  1. Le ralentissement économique lié à la pandémie de Covid-19, qui a freiné la croissance et limité les possibilités d’augmentation de salaire au sein des entreprises.
  2. La pression sur le marché du travail, avec une concurrence accrue entre les travailleurs pour trouver un emploi, ce qui pousse certains à accepter des emplois moins rémunérateurs.
  3. Le décalage entre le Smic et les salaires médians, qui tend à se réduire avec le temps : en clair, si la hausse du Smic est plus rapide que la progression des salaires médians, cela entraîne mécaniquement une hausse du nombre de personnes touchant le salaire minimum.
  4. Enfin, une hausse du nombre de travailleurs précaires, notamment chez les jeunes et les seniors, qui occupent souvent des postes peu qualifiés et donc payés au Smic.

Les conséquences pour les autres salariés

Si près d’un salarié sur six est concerné par la hausse du Smic, cette situation a également des répercussions sur les autres salariés. En effet, l’augmentation du salaire minimum peut engendrer une stagnation voire une baisse du pouvoir d’achat pour ceux dont le salaire est juste au-dessus du Smic. Ceci car cette hausse n’est pas nécessairement accompagnée d’une augmentation proportionnelle des salaires supérieurs.

De plus, les entreprises peuvent être tentées de revoir leur politique salariale pour absorber le coût supplémentaire lié à cette augmentation du Smic. Cela peut se traduire par un frein aux embauches, une diminution des investissements ou une réduction des avantages accordés aux salariés.

Enfin, cette hausse du nombre de salariés payés au Smic soulève un enjeu plus large : celui de la lutte contre la pauvreté et les inégalités. Les pouvoirs publics doivent se pencher sur des solutions pérennes pour permettre à ces millions de travailleurs de vivre dignement de leur travail.

 

Sources

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici